Nous avons demandé à Théo de se replonger quelques années en arrière pour nous partager les souvenirs de sa scolarité. Originaire du Calvados, notre lauréat – qui ira à la rencontre des Normands en Amérique – en a effectué une partie dans son département de naissance, avant de faire un petit détour chez nos amis Bretons… Mais laissons-le nous raconter cela lui-même ! Place aux souvenirs (et au second degré) !

Où as-tu effectué ta scolarité ?

J’ai commencé l’école maternelle à Bretteville-l’Orgueilleuse, puis je suis allé à l’école primaire d’Audrieu. C’était chouette car on allait à la cantine à pied. Puis je suis retourné à Bretteville-l’Orgueilleuse pour finir ma primaire. Comme si je n’avais pas assez changé d’école, en 2007, avec mes parents et mes sœurs, nous avons déménagé en Bretagne, dans le Finistère, à Pont-l’Abbé où je suis entré au collège René Laënnec. J’étais plutôt bon à cette époque, quelque chose comme 17-18 de moyenne générale en 4ème et 3ème. Je n’étais pas forcément un ado rebelle, juste assez arrogant pour initier une guerre de 4 premières années entre les Bretons et les Normands. Les batailles étaient acharnées mais je n’ai pas lâché ! Pour les années lycée, gros changement encore une fois, puisqu’il était juste derrière le collège… J’avoue que là, mes résultats ont peut-être chuté de quelques petits 8 points (voire moins à certains bulletins – arrête de mentir)…

Quand tu étais à l’école, rêvais-tu de voyager ?

Beaucoup trop je crois…  “- Théo, t’es dans la Lune”  “- Désolé madame, j’essaye d’imaginer l’ailleurs…”  J’ai la chance d’avoir des parents qui adorent les voyages et qui ont tout fait pour nous embarquer dans leurs valises. C’était des cours manqués de temps en temps, mais un pays de plus à cocher en rentrant ! Je voulais faire le tour du monde 3 fois : la première fois, pour repérer les endroits les plus chouettes, la 2ème, pour emmener ma famille à l’aventure et la 3ème, pour recommencer jusqu’à ce qu’on se fatigue !

Quand tu étais au collège ou au lycée, où rêvais-tu d’aller ?

Partout à la fois, mais l’Asie et l’Amérique du Nord étaient dans mon top 2. 

A la cantine, quel était ton plat préféré ?

Pâtes, les tagliatelles, bien sûr ! 

Quelle était ta matière préférée, et pourquoi ?

L’anglais…  parce que ça me permettait de comprendre des vidéos sur Internet quand il n’y avait pas encore les sous-titres. 

Comment te voyais-tu adulte ?

Un père de famille, présent pour ses enfants et surtout pour sa femme. Travailler dur pour avoir un toit et une aisance de vie. Je ne veux pas être milliardaire, juste pouvoir offrir des moments uniques à ma famille, pouvoir donner à mes parents tout ce dont ils ont besoin, et regarder mes grands-mères être heureuses le plus longtemps possible. 

Quel est ton plus beau souvenir d’école, de collège ou de lycée ?

Je n’ai pas forcément qu’un souvenir en particulier, je peux juste dire que j’ai fait la connaissance de personnes aussi géniales que splendides : mes potes de musique ! On avait notre groupe, nos fans, nos délires et nos emmerdes mais on avait la chance de les traverser ensemble. Au lycée, nous étions Anna, Mélanie, Pierre, Max, Jimmy et Théo mais sur scène, nous étions The Skyfe. Les notes ? Le bac ? L’avenir ? Le plus important pour nous c’était de préparer la prochaine répétition – tous les vendredis soir, ouvert à tous.

À côté de cette aventure, j’avais les mixs et les soirées à animer… mais qu’est-ce que vous voulez ?…la musique dans les gènes, j’en ferai jusqu’à ce que ça les gêne ! Le sport était également très important pour moi : au primaire et au collège, je n’étais pas le plus extraverti. Timide, enrobé une année et l’autre très maigrichon, le sport m’a permis de me relever tout doucement. La course à pied et le fitness, croyez-moi des kilomètres, j’en ai avalé, de la sueur, j’en ai essuyé !

C’était quoi le jeu le plus populaire dans la cour de récré ?

Les billes à la cour, best game ever !  J’avais débloqué une technique pour gagner des calots et des boulards facilement. 

Quel était ton sport préféré ?

Le fitness est toujours number 1. Cependant, depuis tout petit, j’ai une admiration folle pour la boxe anglaise et l’haltérophilie. Encore aujourd’hui, je regarde des championnats de StrongMen, ces concours où la logique n’est plus. Les mecs tirent des bus, hissent des troncs d’arbres et soulèvent des barre d’une demi tonne !

Quel est le premier livre que tu aies lu et le premier film que tu aies vu ?

Premier objet avec des pages et une histoire, un comics book – Spider-Man je crois – mais le premier « vrai » livre, c’était Le rêve de Sam, sur la ségrégation aux États-Unis. Pour le film… il était incroyable, une petite production, pas très connue, un nom peu familier… Le Roi Lion. Pas besoin de vous faire le résumé… ! D’ailleurs, je confirme le choix du mot « film » et non « longmétrage d’animation » : j’étais petit et qui osera dire que ce chef-d’œuvre n’est pas un film  ? 

Faisais-tu partie d’un club ou d’une association ?

Au collège et au lycée, je faisais partie du Club Athlétique Bigouden (CAB), puis en école de commerce, je gérais la cafétéria et j’étais dans le BDE (Bureau des Étudiants). 

Quelle option langue as-tu suivie ? Allemand, espagnol… ?

Espagnol : on m’avait dit que c’était facile, qu’il fallait juste rajouter des « o » ou des « a » à la fin des mots en français. 

As-tu déjà été collé ?

Une seule fois ! J’avais couru le cross du lycée déguisé avec des copains. Nous étions 12 ! 12 en colle, cela a été les deux heures imposées les plus drôles de l’histoire des punitions !

Avais-tu déjà voyagé pendant tes études, lors de voyages scolaires par exemple ?

Yes ! À Londres, en seconde. Et c’est tout… Ah non, au temps pour moi, en 1ère, nous sommes allés à Quimper – 30km du lycée, “on a le budget qu’on mérite” disait le proviseur- ce voyage m’a permis de découvrir un nouveau moi, j’ai pu me confronter à une civilisation étrangère particulière… non, je rigole, ce voyage n’a servi à rien (rires)

Quel était ton ou ta prof préféré(e) ?

Ma prof d’arts plastiques. Légèrement à l’ouest, mais tellement drôle. Attention, pas de méprise, on ne se moquait pas, on rigolait avec elle et elle, la première ! Respecter ses profs, c’est important, ils sont tout autant déçus que nous de rester au collège ! 

Pourquoi aimes-tu voyager ?

Ce que j’aime surtout, c’est savoir que peu importe où j’irai, je découvrirai quelque chose d’unique et d’exceptionnel. Me laisser surprendre par les coutumes étrangères, rencontrer de nouvelles têtes, contempler des paysages différents, sentir de nouvelles choses… quitter ma routine, même si je l’aime !

J’ai l’impression d’être quelqu’un d’autre quand je quitte mon espace. Je me souviens que lorsque j’étais petit, j’avais regardé un documentaire sur la jungle de Bornéo : j’imaginais ça sur une autre planète ! Quand ma mère m’a dit que c’était bien sur la nôtre et qu’il y avait tellement d’autres belles choses à voir partout, j’y croyais à peine. Mon père est un plongeur, il m’expliquait que dans les océans il y a des merveillesaujourd’hui, il dirait qu’il y avait des merveilles…- inimaginables, des espèces magnifiques« Un jour on ira sur la barrière de corail ». Quand nous sommes allés en République Dominicaine pour plonger sur une plus petite barrière de corail…morte. Pas de millions de couleurs, pas de brillances, juste un paysage qui se meurt, juste un terrain vague sans nuances… Quelle tristesse ! Mes parents m’ont transmis le goût du voyage, maintenant je veux donner l’envie aux autres de partir à l’aventure. 

Pour finir, as-tu une anecdote rigolote sur tes études à nous partager ?

Quand j’étais petit, je faisais rire mes parents avec mes ambitions professionnelles. Tout le monde connaît Jurassic Park ? Tout le monde connaît la cuisine ? En fait, je voulais devenir un Alan Grant le jour et être un Alain Ducasse le soir – on pourrait presque croire que je voulais me renommer Alain ! (rires) Le jour, je voulais déterrer les dinosaures, trouver des T-REX, dénicher des brachiosaures, utiliser la fameuse brosse à dents pour enlever la terre d’un tibia d’un tricératops… avant de prendre ma voiture et de me rendre dans mon restaurant, la terre sous les ongles, mettre les petits plats dans les grands. Je disais à mes parents qu’ils viendraient manger quand ils voudraient et que JAMAIS ils ne paieraient. Mon idée était de rentrer un peu avant la plonge pour faire dodo et repartir pour trouver d’autres dinosaures !