Nous avons plongé Mathilde dans les savoureuses années de l’enfance et l’adolescence… notre lauréate, qui partira à la rencontre des Normands en Asie, a effectué sa scolarité en Seine-Maritime, d’abord à l’école Stendhal et au collège La Hève au Havre puis au lycée Jean Prévost à Montivilliers afin de passer son bac Cinéma Audiovisuel. Place aux souvenirs !

Quand tu étais à l’école, rêvais-tu de voyager ?

A vrai dire, je ne me souviens pas de mes désirs de voyage à l’école, j’étais très mauvaise en géographie… Par contre, j’avais très envie de voyager dans le temps ! Heureusement qu’aujourd’hui, je préfère voyager tout court, c’est plus simple avec les avions. 

Quand tu étais au collège ou au lycée, où rêvais-tu d’aller ?

Quand j’avais 13/14 ans, j’ai eu une grosse période manga, animés et culture japonaise. J’étais fascinée par ce côté complètement décalé du Japon. J’avais aussi consacré mon TPE aux films d’Hayao Miyazaki, donc je suppose que ça a pas mal joué dans la balance quand il a fallu choisir ma destination avec Normands autour du Monde ! Sinon, comme j’adorais l’histoire, tout ce qui se rapprochait à mes périodes préférées : la Florence de la Renaissance, les Châteaux de la Loire avec François Ier, L’Égypte et les pyramides, l’Acropole et sa mythologie grecque… 

A la cantine, quel était ton plat préféré ?

Je ne garde pas un souvenir ému de la cantine, j’avoue. Du coup, tout ce qui n’était pas insipide me convenait ! Mais globalement, j’étais très contente quand il y avait des lasagnes. Et dieu sait que la lasagne de la cantine n’a rien à voir avec la version italienne ! 

Quelle était ta matière préférée, et pourquoi ?

Sans hésitation, le français. L’amour des mots, les rédactions, les métaphores et les sens cachés des textes.. J’avais l’impression d’explorer les mots, la vision d’un auteur, de faire une chasse aux trésors de ses intentions… Et je ne parle même pas des rédactions ! Après, quand j’étais en terminale L, j’étais enfin débarrassée des matières scientifiques et c’était le paradis : les langues, l’histoire, la philo, la littérature et mes 10h d’art, j’ai adoré cette année ! 

Comment te voyais-tu adulte ?

Vaste question ! J’ai toujours du mal à m’imaginer adulte, alors je ne sais pas si on peut dire que j’ai vraiment répondu à cette question… Je pense que, déjà, je sentais que je n’étais pas faîte pour le schéma classique, avec des études et un métier au bout du tunnel pour une « longue et belle carrière ». Je me voyais bouger, à varier les expériences et à suivre mon envie et mes passions. La liberté quoi.

Quel est ton plus beau souvenir d’école, de collège ou de lycée ?

C’est difficile comme question je trouve ! A vrai dire, je n’ai pas trop de mauvais souvenirs de l’école en général, j’ai toujours été plutôt scolaire et bien intégrée au système, j’y ai rencontré des gens formidables qui sont toujours mes amis, je m’y suis épanouie dans l’apprentissage et les rencontres…    Alors si je devais garder un seul souvenir par période, je dirais mon premier voyage en Angleterre en primaire, les sessions chorale du collège et l’option cinéma du lycée !  

C’était quoi le jeu le plus populaire dans la cour de récré ?

J’ai connu un peu la team pogs et billes, mais j’ai surtout joué à la marelle et sauté à l’élastique. Une de mes passions secrètes ? Échanger des feuilles Diddle. Au collège, c’était plutôt le squattage d’un banc en été et d’un radiateur en hiver et au lycée, le skate park ! 

Quelle était ton sport préféré ?

Le badminton ! J’en ai fait en UNSS au collège et au lycée, et je compte m’y remettre ! Un jour. Et aujourd’hui, j’adore nager alors que la natation à l’école, c’était juste la définition de l’enfer.  

Quel est le premier livre que tu aies lu et le premier film que tu aies vu ?

Le premier, j’avoue que je ne m’en souviens pas trop mais par contre j’ai un souvenir hyper précis de mon programme de lecture de 5ème que j’avais adoré ! On avait étudié Yvain le chevalier au lion, Bilbo le Hobbit et le Crime de l’Orient express. Pour le film, pas facile de remonter dans ses souvenirs comme ça ! C’était sans doute un film d’animation, je me souviens très bien d’un Kirikou vu au Volcan… Mais question souvenir cinéphile, c’est au lycée que j’ai pris une grosse classe avec le Chien Andalou – et cette séquence horrible où l’on voit un œil se faire ouvrir avec un rasoir – et mon premier festival de Cannes.  

Faisais-tu partie d’un club ou d’une association ?

La chorale, ma passion de la sixième à la quatrième. Sans doute l’un de mes souvenirs les plus forts, déjà parce que j’y ai rencontré mes meilleures copines mais aussi pour le grand show organisé au Volcan avec toutes les chorales des établissements de la région, j’en garde un souvenir puissant ! Et le badminton en club, jubilatoire quand on a reçu notre médaille pour les Départementales ! 

Quelle option langue as-tu suivie ? Allemand, espagnol… ?

Assez classique finalement, je fais partie de la team #espagnol, parce que ça avait l’air facile, ça sentait bon le chorizo et la paella, et que j’avais davantage envie d’étudier Pedro Almodovar que l’expressionnisme allemand, on n’va pas se mentir… !

As-tu déjà été collée ?

Eh non ! J’étais beaucoup trop sage pour ça, et je faisais partie de ces élèves que les profs appréciaient bien, même si je parlais un peu – beaucoup ! en classe.  

Avais-tu déjà voyagé pendant tes études, lors de voyages scolaires par exemple ?

Oui ! Et mon premier souvenir remonte à loin puisque j’avais 8 ans et j’étais en CM1 ! Premier voyage et surtout premier voyage outre-atlantique en Angleterre, ma prof était passionnée du pays et on avait tout organisé, avec une vente de gâteaux et des billets de tombola ! C’était intense mais absolument génial. Sinon, au collège, j’aurai pu partir en Espagne mais je n’avais pas la prof cool et déjantée… Mais au lycée, je suis allée deux fois au festival de Cannes avec mon option CAV !

Quel était ton ou ta prof préféré(e) ?

Mme Albespy, ma prof de littérature de terminale. Sans doute la prof la plus passionnée et passionnante que j’ai rencontrée. Avec son allure de titi parisien à la Audrey Tautou, elle donnait tout ce qu’elle avait, elle était trop à fond. Et elle a réussi à passionner une classe de littéraires sur les mémoires de Charles de Gaulle, c’est dire.  

Pourquoi aimes-tu voyager ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de voyager ?

Je crois que ce qui m’a donné envie de voyager, c’est la curiosité. Un peu comme une petite fille qui pose 10 000 questions à la journée. Comment ça se passe chez les autres ? Qu’est-ce qu’on y fait comme métier, comment on s’habille, qu’est-ce qu’on y mange ? J’adore voyager pour apprendre, rencontrer des gens, découvrir de nouveaux modes de vie, en prendre plein la vue et aussi pour apprendre sur moi-même. Ça peut paraître bête mais je pense que je n’ai pas répondu à toutes les questions que je me posais étant petite alors voyager me permet de m’en approcher !  

Pour finir, as-tu une anecdote rigolote sur tes études à nous partager ?

Comme je disais, l’orientation ça n’a jamais été mon fort. Je partais du principe que tant que je n’avais pas testé quelque chose – outre ce qui ne me plaisait pas – je pouvais passer à côté du métier de mes rêves. Ma seule certitude, ça a été mon bac littéraire mais après, bonjour la cata ! En terminale, ma prof de littérature me voyait rentrer dans une prépa littéraire, et je m’étais dit pourquoi pas. J’ai voulu aller à une porte ouverte, mais je me suis trompée de jour… Résultat des courses, j’ai découvert des formations artistiques, des BTS audiovisuel et j’étais encore plus paumée. Finalement, j’ai fait un DUT Communication… Tout ça pour dire que l’orientation n’est pas un chemin tout tracé, qu’on peut avoir des envies qui peuvent évoluer, qu’on peut faire des détours, multiplier les expériences et se découvrir au fur et à mesure, c’est ça aussi grandir !