Je vous présente aujourd’hui le portrait de Frédéric Madelaine, Normand expatrié au Japon depuis 19 ans !

Frédéric est né à Caen au quartier de la Demi-Lune en 1965. Voici ses premiers mots :

« Je suis un bon Normand, fier et attaché à sa région ! » 

Si ce n’est pas beau…

A ses 7 ans, sa famille s’installe à Nantes pour des raisons familiales. A 14 ans, il commence à travailler dans une pâtisserie avant de réaliser une alternance en parallèle de son CAP dans la restauration. Son diplôme en poche, Frédéric « monte » à Paris où il est embauché dans un restaurant qui a 2 étoiles Michelin. A 23 ans, il s’envole pour l’Australie et trouve un emploi dans le restaurant le plus coté de la ville de Melbourne. Au bout de deux ans, il repart en France, souhaitant, pour sa carrière, évoluer dans un restaurant 3 étoiles. C’est chose faite, puisqu‘il travaille, durant 7 ans, dans l‘un des grands restaurants de la capitale française, avant de revenir en Normandie, à Cambremer, comme Chef cuisinier.

A présent, il est au Japon, dans sa propre pâtisserie « Le Pommier » qu’il a créée à Tokyo il y a de nombreuses années, en parallèle d’autres établissements.

A l’intérieur de cette pâtisserie, j’avais l’impression d’être comme en Normandie. Des tableaux de vaches normandes, des objets typiques normands accrochés au mur… Même le sol est typiquement normand car il est en carrelage tomette. Frédéric retourne régulièrement en France, au minimum 1 fois par an. Bien que sa vie soit maintenant au Japon, il reste très attaché à sa région et ne louperait cette escapade normande de quelques semaines pour rien au monde. En rentrant, il se fait un parcours traditionnel, loue une voiture avec des amis, et parcourt la côte de Honfleur à Arromanches.

Il a participé aux « semaines gastronomiques » ce qui l’a amené à voyager dans énormément de pays comme le Brésil, la Norvège, le Canada… Dans ce cadre, Il a notamment réalisé le repas lors d’une Cérémonie des Oscars, mais aussi à l’occasion d’une cérémonie du jumelage entre les villes de Paris et Tokyo pour 400 personnes ! Jacques Chirac, qui était Maire de Paris à l’époque, était présent à Tokyo pour cet événement, il a donc pu goûter la cuisine de Frédéric !

Pour réaliser ses pâtisseries, il n’utilise que des produits de grande qualité. C’est pourquoi il utilise le beurre d’Isigny Ste-Mère et leur fromage blanc. Cela apporte une vraie valeur ajoutée à son entreprise, et en bouche évidemment !

Lorsque je l’ai interrogé sur ce qui lui manquait le plus de la Normandie, il m’a répondu :

« Ah, beaucoup de choses ! Les bons poissons de la Manche, du Pont-l’Evêque, du camembert – ici le camembert est à environ 16 euros -, la campagne… »

Je lui ai ensuite demandé en quoi la Normandie était une région-Monde, selon lui.

« Nous avons un emblème en Normandie, c’est le Mont-Saint-Michel. Tout le monde connait ce site. Lorsque vous demandez à un Japonais ce qu’il visite en France, il vous répond Paris et la Tour Eiffel. Celui qui revient en France ou qui passe un peu plus de temps en France ira forcément au Mont-Saint-Michel ensuite ».

Pour les jeunes générations, je lui ai demandé quelques conseils pour devenir chef cuisinier :

« Avoir un minimum de passion au départ. C’est un métier qui doit être fait par des gens passionnés car cela se ressent après. Il faut être rigoureux, respecter les produits et être courageux ».

Il a réalisé une recette pour le moins surprenante : un camembert au chocolat ! Le camembert vient directement de Normandie.

Un grand merci à l’entreprise normande Isigny-Ste-Mère et Takanashi, leur partenaire au Japon, pour avoir organisé cette belle rencontre ! Les produits normands sont donc bien implantés en Asie grâce à des entreprises comme Isigny-Ste-Mère. Merci à Frédéric pour m’avoir consacré du temps et pour son accueil à la normande : très convivial ! A bientôt !

 

Antoine