Mathématiques, art, géographie, français… Au-delà du concours, Normands autour du monde a fédéré plusieurs élèves de Normandie qui ont pu s’ouvrir au monde à travers le regard de nos candidats. Exemple avec l’école primaire du Rocher de Mortain, dont les 27 CM1-CM2 ont suivi avec passion les aventures de Camille sur le continent Amérique ! Rencontre avec Anne Lantrain, leur professeur.

 

Qu’est-ce qui vous a conduit à participer à Normands autour du Monde ?

Mon inspectrice m’a contactée pour me proposer ce projet l’année dernière, au mois de juin. Avec la conseillère pédagogique de la circonscription de Mortain, nous sommes allées à la réunion d’information organisée par le rectorat à Caen. Cela nous a paru pertinent, intéressant et plein d’idées nous sont venues ! Nous souhaitions également faire rayonner l’école, nous nous sommes donc lancées.

Comment se sont déroulées les rencontres avec Camille ?

La première rencontre a eu lieu tout début septembre : nous avons pu la questionner pendant 1h. On n’a rien imposé à Camille, nous avons décidé de prendre ce qu’elle pouvait nous donner et c’était tellement riche que nous avons fait en fonction. Elle nous a donné un peu de nouvelles pendant mais tout ce qui concernait son voyage aux Etats-Unis et au Canada, c’était à son retour. Nous avions accès à des vidéos, des photos sur un drive qu’elle partageait avec nous. Elle est revenue en classe ensuite pour faire un long exposé aux enfants, qui étaient ravis et très attentifs. Cela leur énormément plu.

Qu’avez-vous mis en place ? Dans quelles matières ?

Dans le programme de géographie, il y a un gros volet en cycle 3 qui est l’étude des moyens de transport en France et à travers le monde. Grâce à Camille, cela nous a permis de voir les moyens de transport qui sont assez atypiques dans certains pays d’Amérique. Il y a eu également un côté plus culturel, qui plaisait beaucoup aux enfants, puisque cela touchait à la nourriture : ils ont pu goûter aux spécialités culinaires de chaque pays.

Ensuite, en mathématiques, nous avons réalisé une carte pour travailler les mesures de distances, puisque l’on étudiait les unités de longueur.

Camille nous envoyait de très longs textes, c’était formidable, cela nous a permis d’aborder la compréhension en lecture, et notamment l’aspect recherche d’informations dans les documentaires.

En étude de la langue, nous avons appris à formuler correctement des questions et revu les règles, par le biais des nombreuses questions que l’on lui posait.

En art, nous avons réalisé des tissages péruviens sur papier avec de l’encre, sur la base de photos de tissages anciens que Camille nous avait envoyées, à Lima. C’est une activité que les enfants ont beaucoup appréciée.

Nous avons également travaillé ce périple en danse, sur les émotions que Camille a dû ressentir : les émotions avant de partir, pendant le voyage et au retour.

Enfin, nous allons résumer tout cela avec des lycéens de Mortain qui créent une web radio en mars : les élèves vont prendre la parole en direct pour raconter avec leurs mots le périple de Camille à travers l’Amérique. En parallèle, elle nous a envoyé des bruits, des bandes sonores, de sons qu’elle entendait dans la rue. Le documentaliste du lycée les a reçus et il va faire en sorte de les inclure dans la web radio, pour ponctuer les récits.

 

Comment les élèves ont-ils réagi à son périple ?

Les premières choses qui sont ressorties, c’était tout ce qui concernait la nourriture. Dès que c’est concret, cela leur plaît. Le calcul des distances les a également impressionnés, notamment la dernière distance, en train, parce que c’était la plus courte mais qui a pris le plus de temps ! Côté pays, c’est surtout l’Amérique qui leur a plu. Ils ont également aimé toutes les choses atypiques, un peu folles, comme le lancer de haches…