Du 1er juin au 27 novembre, Hélène et Valentin Biret, deux Saint-Lois, s’envoleront pour les Etats-Unis à la rencontre des Normands expatriés. L’idée ? Faire des portraits de ces hommes et femmes aux parcours variés. Un rêve qui prend forme pour le couple passionné par l’Amérique, qui a découvert la Normandie il y a 10 ans. Rencontre.


Le rêve se concrétise

Elle, originaire de Laval, est coordinatrice d’un CLIC pour les personnes âgées à Falaise, dans le Calvados ; lui, du Mans, est journaliste en presse régionale. Il y a 4 ans, Hélène et Valentin se rencontrent à Domfront. C’est le coup de foudre. Après une demande en mariage à New-York, c’est chose faite à Las Vegas… : tous deux partagent une véritable passion pour les Etats-Unis. En décembre dernier, l’année 2018 dans le viseur, les deux Normands d’adoption formulent le même vœu : tout plaquer pour partir 6 mois en road-trip.

Quand avez-vous pris la décision de partir ?
Valentin : Ce projet, on en a toujours beaucoup parlé en rêvant. On en a discuté dans la voiture en descendant fêter noël avec nos familles dans les Pays de la Loire : Hélène a vraiment senti que j’étais très sérieux. Ce n’était plus des plans sur la comète, il y avait une fenêtre de tir qui était devant nous : nous avons 31 et 32 ans, pas d’enfants…soit c’était maintenant, soit c’était jamais.
Hélène : C’est ce qui a tout résumé : c’est maintenant ou jamais. Le 31 décembre, on a voté et trinqué à notre décision de partir l’année suivante. On s’est retroussé les manches pour organiser tout le voyage, les préparatifs, le côté administratif, trouver les Normands…

Pourquoi la Normandie ?
Hélène : Parce qu’il y avait du travail ! (rires) Au début, c’était ça. On cherchait également une trame, un fil rouge à ces 6 mois et l’idée est venue d’aller à la rencontre des Normands qui habitent les Etats-Unis pour faire leur portrait.
Valentin : On y a créé notre réseau professionnel, notre réseau amical… nous voulions faire un clin d’œil à la région qui nous a donné notre chance.

Et les Etats-Unis ?
Hélène : Moi, ça fait 10 ans que je pars là-bas tous les ans, et depuis qu’on se connaît, on continue d’y aller. J’aime les Etats-Unis depuis l’adolescence… voire avant : mes barbies étaient déjà californiennes ! C’est un pays qui m’a toujours attirée. La première fois, j’ai mis toutes mes économies pour partir à 22 ans en Californie. Il s’est passé un truc, c’était inexplicable. Je ne suis toujours pas rassasiée…
Valentin: Et elle m’a transmis le virus ! Je n’y étais jamais allé avant de la connaître.
Hélène : (rires) Je suis douée, non ?

Qu’est-ce qui vous plaît là-bas ?
Hélène : La première chose qui me vient à l’esprit, c’est la bienveillance. Malgré l’image qu’on peut en avoir en France, les Américains sont très gentils. Par exemple, si une personne âgée rentre dans le bus, personne ne va se poser de questions, il y a au moins trois personnes qui se lèvent pour lui céder leur place.
Valentin : C’est hyper appréciable. Ils sont aussi assez prompts à faire des compliments. Qui viennent de nulle part, homme ou femme… sur notre appareil photo, sur une coupe de cheveux. On s’y sent bien !
Hélène : Et c’est d’ailleurs aussi ce qu’on a retrouvé dans la Manche. Les commerçants sur le marché, les gens dans la rue, ils sont plus ouverts.
Valentin : Oui, on a été très heureux de l’accueil qu’on a reçu en arrivant en Normandie. Il y a une vraie ouverture d’esprit ici. On s’est senti les bienvenus et c’est très important.



Un périple de 6 mois

180 jours, une trentaine d’Etats et de villes : Louisiane, Floride, Las Vegas, Los Angeles, Seattle, Chicago, Hawai, les Chutes du Niagara… Appareil photo en bandoulière, stylos et ordinateurs à portée de main, Hélène et Valentin sont prêts à s’immerger durablement dans le rythme américain. En filigrane, un blog pour suivre leur périple, qu’ils nourriront de leur créativité : des portraits de Normands, des conseils de voyage, des reportages sur leurs découvertes, des lieux, des coups de cœur, les parcs, les villes…

Quelles sont les grandes étapes ?
Valentin : Il n’y aura que des grandes étapes ! (Rires). Plus sérieusement, non, on passera aussi par des coins paumés mais c’est ça qui nous plaît : on veut voir autant l’Amérique ultra touristique que sortir des sentiers battus.
Hélène : Et une Amérique plus authentique aussi… Après les parcs nationaux, on va continuer dans le centre, par le Colorado, le Nebraska, plus difficiles d’accès et qui sont moins fréquentés. Quand on partait, c’était 10-15 jours maximum. Là, c’est un voyage, avec un grand V. On fera beaucoup de Airbnb, des motels et auberges de jeunesse. Les Etats-Unis, c’est un pays relativement cher, nous sommes très vigilants sur le budget.

Qui sont les Normands que vous allez rencontrer ?
Hélène : On a déjà identifié et contacté une quinzaine de personnes, à New-York, Los Angeles et en Floride. On a eu un super accueil : ils étaient très enthousiastes.
Valentin : Nous avons trouvé des profils très différents qui vont de la danseuse au boxeur en passant par les pâtissiers, une guide touristique… On voulait principalement illustrer des réussites. On les a trouvés majoritairement sur internet, via linkedin, des mots clés sur Google…
Hélène : La rencontre va être super. Nous avons veillé à ce qu’ils aient un attachement très fort à leur région, à leurs racines, mais également un profil intéressant ! On veut que le blog soit optimiste, sympa, léger, divertissant.
Valentin : …qu’il soit beau et utile. De toute façon, on reste les yeux et les oreilles grand ouvert. Le but, c’est d’aller à la rencontre des Normands des Etats-Unis.



Préparation intensive et complémentaire

Les choses à faire, à ne pas oublier ? C’est Hélène. Les playlists sur le blog ? C’est Valentin. Assurément complice, le couple s’accorde en ton et en regards. Hélène, c’est la créative : l’œil affûté pour le cadrage, le style dans l’écriture… quand Valentin assure avec brio dans la technique et l’élaboration du budget. Deux aspects importants lorsqu’on souhaite faire des portraits de lieux ou de personnes à l’autre bout du monde… ! Montage du blog, formation HTML, référencement, pour assurer la qualité de leur travail, le couple s’investit avec sérieux dans leur périple, qu’il finance en partie en vendant des portraits.

De quoi avez-vous besoin ?
Hélène : D’argent ! (rires). Pour participer au financement de ces six mois, nous proposons des partenariats. Nous avons par exemple la marque Saint-James, qui nous a donné des marinières et commandé des portraits ; l’agence Latitude Manche pour qui nous allons également faire des portraits…
Valentin : Et nous avons les éditions Big Red One d’Arnaud Digard, qui nous suit aussi depuis le début. C’est un peu le parrain, notre éminence grise ! On est contents, parce que notre projet a rencontré l’adhésion de beaucoup de gens qui nous proposent spontanément de nous héberger.
Hélène : Nous aimerions aussi faire connaître le blog pour avoir des lecteurs de tous horizons : dépasser le cercle de nos familles, nos amis.
Valentin : On essaie vraiment de créer une communauté : nous allons avoir besoin de tous les Normands !

Et pour la suite ?
Hélène : On va prendre ces 6 mois comme un temps de réflexion. On a déjà quelques idées. Cela peut faire un peu peur mais c’est sympa : c’est un peu la page blanche, c’est le moment où tout est possible.
Valentin : On va prendre le temps de se poser, de faire des photos, rencontrer, échanger… on a 6 mois pour écrire la suite…



Pour suivre l’aventure d’Hélène et Valentin et les soutenir, trois réflexes :
Le blog : www.normandsvoyageurs.com
La page Facebook : Normands voyageurs
Instagram : normandsvoyageurs
Intéressés par un portrait ?