CHAQUE JOUR (OU PRESQUE), RETROUVEZ SUR LE BLOG UN APERÇU IN ET OFF DU PÉRIPLE NORMANDS AUTOUR DU MONDE 2. ON VOUS DONNE RENDEZ-VOUS EN FIN DE JOURNÉE POUR SUIVRE LES AVENTURES, ANECDOTES ET SURPRISES DE THÉO, ÉLISA, JEAN-CHARLES, MATHILDE ET SOLÈNE  !

Jour de fête

Théo a quitté Bogota pour découvrir, sous le soleil et dans une chaleur bienvenue, Querétaro, située à environ 200 kilomètres au nord-ouest de Mexico. Il y retrouve son hôte, Yann, qui l’emmène explorer les rues et déguster les spécialités locales : des traditionnels tortillas aux sauterelles grillées, les deux évidemment accompagnés de guacamole ! Les 14 et 15 septembre, c’est jour de fête dans la ville, qui célèbre son indépendance.

Couleurs et chaleur ambiante, des sourires aux animations festives, en passant par l’accueil et la gastronomie : notre Normand tombe sous le charme de cette ville “incroyable”, aux styles multiples, et à l’identité bien mexicaine, malgré l’architecture héritée des colons espagnols.

“Je suis tombé amoureux de cette ville, c’est beau, il fait chaud, les gens sont gentils, on mange bien 🙂 “

Prochaine étape : Los Angeles !

Surprise party

Surprise, c’est le maître-mot de cette nouvelle journée pour Mathilde qui a quitté sans encombres Busan pour la capitale chinoise. Arrivée surprenante pour la Seinomarine qui nargue la sécurité aéroportuaire en testant son VPN ; surprise également par la jeunesse pékinoise, qui, en dépit de l’ambiance procédurière, s’amuse sans retenue.

“A 22h27, je suis en haut d’un rooftop avec Olivia et ses amis, à découvrir la jeunesse pékinoise avec un regard aussi surpris qu’émerveillé. Les lumières des buildings, la carte de ce bar très chic et l’élégance de ces gens sur les toits de Pékin rompt totalement avec la première image que j’avais de la Chine. Un pays strict, rigoureux, pétri de contradictions et de règles. Ce soir, je découvre un autre visage. Jeune, libre et surtout fêtard.”

A toute heure de la journée, quel que soit le jour de la semaine, la fête s’inscrit dans le quotidien des Chinois et rompt avec les images exportées : “temples bouddhistes, tuk tuk et gens qui crachent”, se heurtent à la réalité du pays. “Après l’aventure du taxi qui ne parlait pas un mot d’anglais et se montrait hyper fermé vis-à-vis de moi, me voilà plongée dans le monde de la fête. C’est officiel : La Chine risque fort de me surprendre.”

Légendes d’automne

A l’autre bout de la planète, Jean-Charles poursuit son exploration des rues de Prague qui goûte les prémices d’automne. Délaissant l’appartement de son hôte normand Jérôme, notre Ornais est resté bouche bée d’admiration devant les monuments incontournables de la capitale tchèque telles que le fameux Pont Charles, l’horloge astronomique, -“vraiment magnifique”- ou le fameux métronome, érigé en 1991 en lieu et place d’une immense statue de Staline, détruite en 1968.

Prague, c’est également une ville de rencontres normandes : la 4ème de l’étape pour Jean-Charles qui est allé découvrir la boutique de Stéphane, originaire du Havre, et installé là-bas depuis 17 ans.

“Il y a quelques mois, il a ouvert une boutique dédiée à l’artisanat tchèque non loin du pont Charles et donc au cœur des quartiers touristiques. Il est passionné des produits qu’il commercialise et espère durer dans ce milieu, où plusieurs magasins se font concurrence.”

Un long fleuve (presque) tranquille

A Phnom Penh, Solène poursuit sa quête de Normands : excepté Arthur, son hôte et Philippe, qu’elle doit rencontrer à l’ambassade demain, les expatriés de la région se font rares. Mais bonne pioche, la persévérance finit par payer : grâce à l’aide d’un colocataire d’Arthur, notre deuxième Seinomarine réussit à caler deux nouvelles entrevues pour demain, avec en prime, la visite du lycée français !

En parallèle de ces investigations, l’exploration continue, avec une première approche du Riverside de Phnom Penh. Préférant remettre à un moment plus propice la visite de lieux symboliquement forts – en lien avec la douloureuse histoire du Cambodge et le génocide des Khmers rouges – Solène longe le fleuve Tonlé Sap sur le quai Sisowath.

“Bordé des drapeaux du monde, de restaurants, d’hôtels et de bars, le quai est également jonché de food trucks qui enfument l’atmosphère avec leur grillades en tout genre. Les locaux viennent s’y rencontrer, y pratiquent le yoga et dînent sur la pelouse.”

Une balade plus tranquille qui permet à Solène de s’approprier quelques réflexes locaux – il est possible de payer en riel et en dollar américain ! Les deux monnaies sont utilisées sans distinction et c’est au départ très déroutant. Il faut maîtriser un tantinet les conversions lorsqu’on paie en dollars et qu’on nous rend la monnaie en riels – et de confirmer la bonté spontanée des habitants.

“On me l’avait dit avant de venir ici mais cela s’est avéré, la gentillesse des Cambodgiens est inégalable, dans n’importe quelle situation. Perdue pour rentrer chez Arthur avec mon tuk tuk, ce sont les habitants qui ont sortis les cartes de la ville pour essayer de retrouver notre chemin. Comme cela prenait un peu de temps, ils m’ont même offert à boire !”

In the Air

Et Elisa, dans tout cela ? Pas de panique, nous ne l’oublions pas : notre lauréate du Calvados a simplement la tête dans les étoiles, reliant Doha et le Qatar après son départ d’Abidjan…  La suite demain !